Archives 2014 / 2018

SIGLab participe aussi à la grande fête de l’Euro! Quel regard portent aujourd’hui les Français sur le football et leur équipe nationale ?

Un intérêt pour le football plus modéré qu’ailleurs en Europe…

Si les victoires françaises à l’Euro de 1984 et bien sûr lors de la coupe du monde 1998 ont contribué à faire naitre des générations passionnées de ballon rond, l’intérêt suscité par le football dans le pays de Platini et de Zidane reste néanmoins bien plus mesuré (46%) que chez nos voisins espagnols (69%), italiens (67%) ou encore britanniques (58%) (Cf. ci-dessous).

Intérêt pour le football dans différents pays européens

Autant de pays où, à la différence de la France, le football occupe une dimension quasi-culturelle comme en attestent la place considérable - bien plus qu’en France - consacrée à ce sport dans les journaux, les niveaux d’affluence dans les stades ou encore les revenus télévisuels générés par les ligues nationales. (Cf. ci-dessous).

Affluence dans les stades durant les championnats nationaux et montant des droits télévisuels

A noter cependant que l’effort considérable réalisé en France en matière d’infrastructures pourrait faire évoluer ces chiffres. Les enceintes ultra-modernes comme le Parc OL à Lyon, l’Allianz Riviera à Nice ou encore le Matmut-Atlantique à Bordeaux devraient ainsi dynamiser la fréquentation des stades dans les années qui viennent, d’autant plus si l’équipe de France venait à réaliser un bon parcours durant l’Euro.

Moins fans de foot que leurs voisins, les Français sont tout de même des pratiquants plutôt assidus

Si les passionnés de l’actualité footballistique sont moins nombreux dans l’hexagone qu’ailleurs en Europe, les Français font néanmoins partie des Européens qui pratiquent le plus ce sport en compétition. Avec un peu plus de 2 millions de pratiquants en club dans le pays, la proportion de licenciés par rapport à l’ensemble de la population (3.1%) est ainsi supérieure à celle observée actuellement en Espagne (1.4%), au Portugal (1.3%) et en Italie (2.5%), tout en restant inférieure à celle mesurée en Angleterre (4.3%) et surtout en Allemagne qui, avec plus de 6 millions d’adeptes (8.4%), fait figure de leader mondial dans le domaine.

Après une baisse au tournant des années 2010, le nombre de licenciés en France repart de nouveau à la hausse, notamment sous l’impulsion des inscriptions féminines. Plus de 100 000 femmes possèdent aujourd’hui une licence dans un club de la fédération française, alors qu’elles n’étaient que 35 000 au début des années 2000. Un phénomène sans doute alimenté par la notoriété croissante de l’équipe de France féminine et par les bonnes performances des joueuses du Paris-Saint-Germain ou encore de l’Olympique Lyonnais, vainqueur pour la troisième fois cette année de la ligue des champions.

Evolution du nombre de détenteurs d’une licence auprès de la Fédération française de football

L’équipe nationale, moteur du football français

Si l’intérêt pour le football en général est plus important ailleurs en Europe, l’équipe de France joue un rôle particulièrement structurant dans le football français. Alors que les clubs mythiques (Real Madrid, FC Barcelone, Milan AC, Liverpool…) et leurs rivalités quasi-séculaires occupent une place beaucoup plus large chez nos voisins européens, l’équipe nationale et ses succès a toujours été historiquement le moteur de l’intérêt du  grand public  français pour le football, notamment en 98 où toute une partie de la population, encore peu familiarisée avec ce sport, s’est découvert une nouvelle passion pour le ballon rond.

Des Français encore partagés sur leur équipe mais qui ne demandent qu’à y croire

Si 73% des Français amateurs de football se disent prêts à soutenir les  Bleus pendant l’euro, l’opinion française reste encore divisée sur son équipe nationale. Un peu plus d’1 Français sur 2 ont ainsi une bonne opinion de l’équipe de Didier Deschamps (entre 49% et 54% selon les enquêtes) et 48% disent éprouver de la sympathie pour les  Bleus. Une cote de sympathie de 8 points inférieure à ce qui avait été mesuré avant l’ouverture de l’Euro 2012 en Ukraine et en Pologne.

Si les Français sont encore divisés, plusieurs signes apparaissent toutefois encourageants et laissent à penser que cette cote pourrait s’améliorer pendant l’Euro. Tout d’abord les amateurs de football, sans doute plus sensibles à l’aspect sportif des choses, portent un regard bien plus positif que la moyenne sur l’équipe de France (de 75% à 83% selon les enquêtes). Par ailleurs, la cote d’amour de l’équipe de France progresse largement depuis le printemps (de 10 à 20 points selon les instituts), les Français semblant vouloir tourner la page des polémiques et regarder vers l’avant en espérant de bons résultats pendant l’Euro. Enfin, historiquement, les Français n’attendent que des victoires pour se fédérer autour de leur équipe comme en témoignent les chiffres de 2014 où la popularité des  Bleus avait bondi de 15 points entre le début de la compétition et la qualification pour les 8èmes de finales.

Dans ce contexte, les Français ont aujourd’hui envie de croire aux chances des  Bleus dans la compétition. Si l’Allemagne reste perçue comme l’équipe favorite (36%), 31% des Français voient la France s’imposer dans cet Euro, un pronostic (et surement aussi un peu un espoir) encore plus fort chez les amateurs de football qui voient même la France comme principale favorite (39%) devant l’Allemagne (31%).

Une large confiance accordée à Didier Deschamps et à ses choix sportifs

Afin de marcher vers ce succès, les Français accordent aujourd’hui une large confiance à Didier Deschamps pour diriger l’équipe de France. 4 Français sur 5 ont aujourd’hui une bonne opinion du sélectionneur, l’ancien champion du monde étant même plébiscité par les amateurs de football (91%). Si l’homme séduit sur le plan humain notamment par sa simplicité (82%) ou encore sa sympathie (74%), les Français lui accordent surtout le fait d’être un entraineur sérieux (84%) et compétent (82%), des avis encore davantage partagés par les amateurs de football (94% et 91%). Dans ce contexte, les choix sportifs du sélectionneur font aujourd’hui une quasi-unanimité, 78% des français et 84% des amateurs de football se disant ainsi satisfaits de la liste des 23 joueurs retenus pour l’Euro. Surtout, les Français portent aujourd’hui un regard positif sur la nouvelle génération promue par le sélectionneur et notamment Antoine Griezmann qui fait aujourd’hui figure de chouchou du public français (Cf. graphique ci-dessous).

Joueur préféré des Français évoluant chez les bleus

A noter qu’après France-Roumanie, et malgré une prestation en demi-teinte de l’attaquant madrilène, les Français faisaient du joueur de l’Atlético le favori pour devenir le ballon d’or de l’Euro (27%), ce dernier devançant les deux grandes stars européennes du ballon rond Cristiano Ronaldo (26%) et Zlatan Ibrahimovic (14%).   

Source :

BVA/Orange, baromètre de l'Euro, 9-10 juin 2016

IFOP/Metronews, les Français et l'euro 2016, 7-8 juin 2016

Odoxa/L'Équipe, le baromètre sport, 9 juin 2016

Odoxa/Le Parisien, Les Français et Didier Deschamps, 2-3 juin 2016  

lequipe.fr, rubrique Fiche Équipe

 

15 juin 2016 / Études
Portrait de Département Opinion
Département Opinion